Oops...
Slider with alias Sullens not found.

INFORMATIONS


Catégories :
Architecture / Études intégrales / Étude de projet / Direction de travaux / Coordination CVSE / Réalisation

Client :
Privés

Planificateur général :
Plenitech SA

Bureau d’étude :
Plenitech SA

Programme :

4 logements en PPE. 6 places intérieures. 3 places extérieures. Parking à vélos. Espace vert.

Surface : 500m2 de plancher brut utile
Volume SIA :  2’517 m3
Lien : Fiche Technique

 

SITUATION


Au cœur du village de Sullens, la résidence du pressoir allie le confort de la modernité à la sérénité d’un village presque millénaire.

Construite en 1780, puis agrandie en 1905 puis en 1941, cette ferme offre une dimension historique à la résidence. Les géométries atypiques découlant des transformations successives enrichissent le projet d’un charme inimitable.

PROJET


Entouré de vielles bâtisse, le respect de l’esprit village a été privilégié dans la transformation de cette ferme villageoise.  La résidence se compose de 4 appartements en PPE sur 3 niveaux habitables, un parking de 6 places intérieures et 3 places extérieures, 4 caves ainsi qu’un local technique aménagés au rez-de-chaussée.

L’ensemble du projet se développe dans un volume ECA de 2’500 m3 composé d’un corps principal en maçonnerie de boulet et d’un corps secondaire en ossature bois. Le bâtiment est dans un environnement particulièrement contraignant avec les côtés Nord et Est bordés de routes villageoises et la façade Ouest à 2.5 mètres d’une construction voisine. L’organisation des espaces s’articule de façon à maximiser les ouvertures et dégagements côté Ouest, donnant sur la campagne environnante. Les façades côté rue sont traitées de façon à préserver ou reproduire l’aspect villageois du bâtit environnant alors que la façade côté Ouest est résolument inscrite dans l’air du temps, avec de grands balcons, terrasses et de larges surfaces vitrées.

DÉFIS


En raison de l’inhomogénéité des murs en maçonnerie ancienne et des imbrications des planchers existants dans ceux-ci, 80% de la structure porteuse a dû être reconstitué. Par ailleurs, la géométrie non-orthogonale de la ferme a grandement complexifié les charpentes. Afin d’optimiser les délais, toutes les pièces de charpentes ont été modélisées en 3D pour permettre la préfabrication en atelier.